Autor Thema: Au-delà des frontières de la science  (Gelesen 5139 mal)

0 Mitglieder und 1 Gast betrachten dieses Thema.

Offline limeye

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 2569
  • Geschlecht: Weiblich
Au-delà des frontières de la science
« am: 17. November 2013, 14:46:18 Uhr »
Hello !

tout un scénario m'est venu cette nuit (mes rêves sont une bonne source d'inspiration  :D !), je pense que l'histoire va s'écrire avec infiniment de fluidité... J'apporte cependant quelques modifications à deux de nos personnages principaux, à savoir Ken et Joan. Pour le reste, peu de changements... je compte sur vous pour m'arrêter si je pars trop en vrille  ;D !

bizz

Limeye  :)


CHAPITRE PREMIER

Une jeune fille, à demi allongée sur un transat, à l'ombre d'un pommier, est plongée dans sa lecture. Elle dévore depuis la veille un très ancien roman qu'elle a découvert en fouillant dans les malles, au grenier de la grande maison familiale. Des malles qui ont appartenu à ses parents. Cela fait six mois qu'elle est de retour ici, qu'ils ont pu revenir ici. Passées les premières émotions liées à leur retour, elle a décidé de faire des recherches. Elle a passé au peigne fin la chambre et les bureaux respectifs de ses parents. Et maintenant, elle s'attaque au grenier.

Elle soupire en tournant une page. L'histoire est si belle... Le style est ancien, une langue comme on ne la parle plus depuis des siècles. Mais elle avait été attirée par deux choses en trouvant le livre : il était rangé au milieu de nombreux ouvrages scientifiques, alors qu'il s'agit d'un roman, puis ensuite par son résumé. Une phrase l'avait aussitôt interpellée : Le premier roman d'amour jamais écrit. Auteur anonyme.

Et comme elle est à l'âge où l'on rêve encore du grand amour, celui qui va balayer et éclairer toute une vie, l'engagement suprême, le don total, la passion dévorante, elle s'est plongée dans la lecture. Oh, l'histoire est cependant bien étrange. Un jeune prince, élevé par son oncle, chargé de lui ramener sa fiancée, dont lui-même tombe éperdument amoureux... "Hum", pense-t-elle, "de nos jours, on ne vivrait plus ce genre de choses..." Un filtre d'amour, une machination, la mort qui réunit les deux amants. Elle sent qu'elle va verser une petite larme.

Soudain, elle pousse un cri. Un ballon vient de rebondir sur son ventre. Elle est tellement passionnée par son livre qu'elle en a oublié son jeune frère, 13 ans, qui joue avec les petits voisins.

- Ken ! Mais faites un peu attention ! Le jardin est immense, allez jouer plus loin !
- Wha, Joan ! Viens donc jouer avec nous... t'es encore plongée dans des livres, pff... je me demande bien quel intérêt tu peux trouver à ces vieux bouts de papier moisi qui puent.
- Ce livre n'est pas moisi, et il ne pue pas. C'est une très belle histoire...
- Ah ouais ? Encore une histoire de pauvre princesse amoureuse d'un paysan ?
- Non, mais c'est vrai que c'est une histoire romantique et...
- ... totalement ennuyeuse. Bon, rends-moi mon ballon.
- Seulement si vous allez jouer plus loin.
- Ok..., répondit-il en traînant les pieds.

Et Ken récupère son ballon, fait signe à ses deux camarades de jeu et ils s'éloignent un peu, vers le bas du terrain, légèrement en pente. Derrière eux, une haie épaisse et touffue, dont Richard, le jardinier qu'elle a embauché, n'a pas encore eu le temps de s'occuper. "Il y a tant à faire, ici !", soupire-t-elle. "A notre décharge, ce n'est pas en quelques mois qu'on peut remettre en état une aussi grande maison et un tout aussi vaste terrain..."

Elle se replonge dans sa lecture, sans savoir encore que dans moins de dix minutes, elle regrettera amèrement d'avoir dit aux garçons d'aller jouer plus loin.
« Letzte Änderung: 20. November 2013, 04:52:01 Uhr von limeye »
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti (Gandalf le gris / Tolkien).

Offline flamme

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 1023
Re: Au-delà des frontières de la science
« Antwort #1 am: 17. November 2013, 17:09:28 Uhr »
Coucou Limeye!

La nuit porte décidément conseil... et dans ton cas, inspiration!  [master]

Je suis accrochée!   :D

J'ai hâte de voir la suite! [jump] [jump] [jump] [jump]

Bizz
Flamme
 ;)

Offline limeye

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 2569
  • Geschlecht: Weiblich
Re: Au-delà des frontières de la science
« Antwort #2 am: 17. November 2013, 21:19:09 Uhr »
Bonsoir !

vous allez très vite comprendre ce qui m'a inspirée...

voici une suite !

bizz

Limeye  :)



Le cri poussé par son frère, elle le gardera gravé dans sa mémoire. D’un bond, elle est sur pied, court vers le bas du terrain. Incrédule, elle voit trois immenses oiseaux bruns battre des ailes en emportant les enfants, les tenant par les épaules de leurs serres puissantes. Ils ont beau se débattre, ils risquent plus d’être blessés que de pouvoir leur échapper. Mais si Joan ouvre des yeux tout ronds et que sa bouche s’élargit en un cri muet, c’est parce que ces oiseaux ont des visages humains…

**

- Tenez, Mademoiselle, prenez ce thé, propose gentiment la secrétaire de l’office de police qui l’a accueillie un quart d’heure plus tôt, avec leurs voisins, les parents des deux copains de Ken.
- Merci, murmure-t-elle, encore hagarde et choquée.

Les parents des enfants, Jules et Arthur, sont entendus dans une pièce voisine. Face à Joan, un jeune policier d’une petite trentaine d’années, sérieux, mais compatissant. Il attend posément que la jeune fille ait retrouvé son calme pour poursuivre l’interrogatoire.

Quand elle repose la tasse encore fumante sur la table, il demande :

- Vous me disiez que les trois garçons, votre frère et les deux enfants des Dubois, jouaient tranquillement au ballon dans votre jardin.
- Oui, pendant que je lisais. Notre terrain est assez grand, la maison est construite dans la partie haute, devant c’est plat, puis il y a une légère pente. Je m’étais installée dans la partie haute, et j’avais envoyé les garçons en bas, pour être tranquille pour lire, et puis, vers le bas, le terrain n’est pas arboré, c’est juste une grande pelouse. C’était mieux pour eux pour jouer au ballon.
- Votre terrain est clos ?
- Non, seulement sur l’arrière de la maison. Le long du chemin d’accès, il y a un petit talus, avec de courts arbustes, on voit la route depuis la maison, comme depuis le jardin. Mais sur les côtés, et notamment là où ils jouaient, il y a des fourrés, des arbres qui ont poussé ces dernières années et que nous n’avons pas encore eu le temps de nettoyer, de couper…
- Vous pensez que ces taillis offriraient une bonne cachette ?
- Oui, tout à fait, mais…
- Pensez-vous que ces "oiseaux" qui ont enlevé les enfants auraient pu s’y dissimuler ?
- En effet.
- Aviez-vous entendu des bruits particuliers ? Remarqué quelque chose ?
- Non, rien. Je n’ai entendu du bruit que lorsqu’ils ont crié, alors je me suis levée d’un bond et là… j’ai vu les oiseaux les emporter dans les airs.
- Décrivez-les plus précisément.
- Ils avaient à peu près la taille d’humains, étaient de couleur brun foncé. De grandes ailes. Ils sont puissants, que ce soient leurs ailes ou leurs pattes. Ils avaient accroché les enfants par les épaules, ils ne pouvaient pas leur échapper, sauf à se blesser. Ils les tenaient très fermement. Ils se sont envolés très vite… je ne pourrais pas vous dire, mais j’ai eu l’impression qu’ils disparaissaient très vite à mes yeux…
- Dans quelle direction sont-ils partis ?
- Vers le sud ouest…

Le jeune inspecteur se recule dans son siège, porte son crayon à sa bouche et réfléchit. Avant de pouvoir poser une autre question, quelqu’un frappe à la porte de son bureau.

- Oui ?
- Vincent ?
- Oui, Gaby ?
- J’ai terminé.
- Ok, viens. Regarde.

Le jeune inspecteur tend la déposition de Joan à son collègue, le chef du bureau de police, la cinquantaine grisonnante, de grosses moustaches épaisses, un ventre soigneusement entretenu par l’absorption d’un litre de bière chaque soir devant un feuilleton policier. Il regarde le document, le lit avec attention, hoche la tête, se passe la main sur son crâne, soupire et dit :

- Ca, c’est du ressort de la brigade spécialisée de Terenez. Nous, ça nous dépasse…
- Tu les appelles ?
- Oui. Mademoiselle, pouvez-vous nous dire autre chose ?
- Non, hélas…
- Bien, voulez-vous prévenir quelqu’un ?
- Je n’ai personne à prévenir…
- Vous êtes seule ?
- Oui, mes parents ont disparu, il y a huit ans.
- Disparus ?
- Ce sont les professeurs Randall, Gaby.
- Oh ! Excusez-moi, Mademoiselle, je n’avais pas fait le rapprochement…
- Je vais rentrer avec les voisins. Je crois que nous allons avoir besoin de nous soutenir mutuellement…

Les regards des deux agents se croisent, ils se sont compris.
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti (Gandalf le gris / Tolkien).

Offline O-tho

  • Joan Randall
  • ****
  • Beiträge: 487
Re: Au-delà des frontières de la science
« Antwort #3 am: 18. November 2013, 03:51:18 Uhr »
Coucou Limeye,

Voui voui, je vois bien l'inspiration pour les hommes ailes.. ;) ...Mais pour le reste, ca sera uns suprise je crois!
Ken et Joan frere et soeur, c'est tres credible! Et Joan n'est pas agent de la police des planetes...Interessant!
Ses parents professeurs disparus il y a des annees....

Hmm... c est une mission pour le Capitaine ca!  ;D

O-tho [jump] [jump] [jump]

Offline flamme

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 1023
Re: Au-delà des frontières de la science
« Antwort #4 am: 18. November 2013, 04:47:21 Uhr »
Coucou les filles!

Oui, c'est une mission pour le capitaine, ça! Quant à l'inspiration pour les hommes ailés... je ne suis pas encore certaine, j'hésite entre quelques possibilités...

Bizz
Flamme
 ;)

Offline Frégo80

  • Joan Randall
  • ****
  • Beiträge: 335
Re: Au-delà des frontières de la science
« Antwort #5 am: 18. November 2013, 05:11:20 Uhr »
Coucou!

Pour les hommes ailés, il y a la Caverne de vie et L'Élixir de l'Imortalité. Les frères Grimm ont aussi écrit 1 ou 2 comptes pour enfants sur une petite fille dont les frères se font enlever par des corbeaux et qui fait voeu de silence et remue ciel et terre pour les secourir. Je ne me souvient plus du titre ou des titres.

A+

Frégo 8)

Offline limeye

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 2569
  • Geschlecht: Weiblich
Re: Au-delà des frontières de la science
« Antwort #6 am: 18. November 2013, 08:25:45 Uhr »
Coucou les filles !

oui, c'est vrai qu'il y a plusieurs possibilités... Je vous livrerai une suite plus tard, j'ai quelques modifications à faire, j'hésite notamment à faire intervenir un personnage habituel...

merci Frégo pour les références aux frères Grimm, il faudrait que je replonge dedans...

bizz et belle journée  [flower]

Limeye  :)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti (Gandalf le gris / Tolkien).

Offline limeye

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 2569
  • Geschlecht: Weiblich
Re: Au-delà des frontières de la science
« Antwort #7 am: 18. November 2013, 09:12:45 Uhr »
Voilà la page suivante, après quelques menues corrections  ;)

Limeye  :)


Valentine Dubois a toujours eu beaucoup d’affection pour les deux enfants Randall, et quand elle avait appris que Joan avait obtenu de récupérer son jeune frère, placé en famille d’accueil, suite à la disparition de leurs parents, et qu’elle allait revenir s’installer dans la grande maison de Kerfeun, elle s’en était réjouie. Situé sur une colline qui domine l’immense lac de Maréja, si étendu qu’on n’en voit pas le bout et qu’il est appelé "la petite mer" par les gens du coin, leur hameau de Kerfeun est surtout habité par des vacanciers. De la dizaine de maisons qui le compose, seules trois sont habitées à l’année. La leur, celle des Huang, et désormais, celle des Randall. Valentine se dit qu’il a fallu beaucoup de courage à Joan pour revenir ici, alors qu’elle aurait pu vendre la propriété et acheter un bel appartement en ville, à Terenez, et s’y installer avec son jeune frère. Mais qu’il va lui en falloir encore plus, car à part Ken, elle n’a personne. Et maintenant que Ken a été enlevé… de manière si soudaine et surtout si… surprenante…

Valentine n’est pas femme à s’effondrer à la première difficulté, mais elle doit bien reconnaître que l’enlèvement des trois enfants, dont ses deux beaux-fils, les enfants de son mari, est une terrible nouvelle et une terrible épreuve. Spontanément, en sortant du bureau de police, elle a proposé à Joan de venir chez eux. La jeune fille les avait aussitôt alertés, et sans tarder, Julian et elles deux s’étaient rendus à la petite ville la plus proche, pour alerter les services de sécurité.

Alors qu'elle s’assoit à côté de Joan, sur un canapé en cuir confortable, elle entend la voix de son mari, dans l’entrée. Il est en communication avec un Marshall de Terenez, de la section spécialisée dans les enlèvements d’enfants. L’alerte a été donnée le plus rapidement possible, mais ici, il ne s’agit pas d’un fou, d’un détraqué… mais de créatures mi-humaines, mi-animales… Cela paraît incroyable, et si le témoignage n’émanait pas de Joan, Valentine aurait eu bien du mal à le croire.

- Vous dîtes ?

L’interrogation surprise et l’incrédulité qu’elle perçoit dans la voix de son mari lui fait tendre l’oreille.

- Quoi ? Ce genre de créatures, déjà vues ? Mais… Oui, oui, bien entendu. Oui, je comprends… Bien, nous viendrons demain. Oui, elle viendra avec nous. Merci, Marshall. Oui, merci, pour vous aussi. Au revoir.

Quelques instants plus tard, Julian entre dans le salon et vient s’écrouler dans le fauteuil en face de sa femme et de Joan.

- Alors ?
- C’est totalement incroyable, ma chérie… Totalement…
- Et bien, explique !
- D’autres gens auraient déjà vu ce genre de créatures.
- Quoi ?

Les deux femmes se sont écriées en même temps et fixent Julian avec consternation.

- Oui. Mais cela doit rester secret. Le Marshall m’a demandé de ne pas ébruiter l’affaire. Cela fait plusieurs mois que cela se produit. Jamais au même endroit. Les témoignages sont rares et imprécis. Ils n’ont pas dû te voir, Joan. Mais ils commencent à prendre cela au sérieux, à tel point que cela a été confié à la section spéciale, à Terenez.

Joan hoche la tête, pensive. Elle a craint qu’on ne la croit pas. Déjà, convaincre Valentine et Julian n’avait pas été simple… et elle avait eu peur aussi que les policiers ne se moquent d’elle. Elle est soulagée d’être prise au sérieux, car elle-même doute encore de ce qu’elle a vu…
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti (Gandalf le gris / Tolkien).

Offline flamme

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 1023
Re: Au-delà des frontières de la science
« Antwort #8 am: 19. November 2013, 02:52:37 Uhr »
Coucou les filles!

Frégo, je n'avais pas pensé à l'histoire des sept corbeaux (que je connais moins) de Grimm, c'est une autre option qui s'ajoute!  J'ai évidemment pensé en premier au peuple des hommes-oiseaux, dans l'épisode de la Caverne de vie, tout comme à celui des hommes ailés qui ont aidé le capitaine et ses amis à contrer l'Empereur de l'Immortalité... A moins que tu aies pensé à autre chose, Limeye? Incluant quelque chose que je n'ai peut-être pas vu, ni lu...

Je suis très curieuse de découvrir la suite! Et peut-être pourra-t-on en même temps élucider le mystère de la disparition des parents de Joan et Ken?   [jump] [jump] [jump] [jump] [jump]

Bizz
Flamme
 ;)

Offline limeye

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 2569
  • Geschlecht: Weiblich
Re: Au-delà des frontières de la science
« Antwort #9 am: 19. November 2013, 18:44:54 Uhr »
Coucou !

je vais essayer de développer tout cela, tout en vous réservant quelques surprises cependant...

nouveau tiboutte !

bizz

Limeye  :)


CHAPITRE DEUX

Le Marshall Mobell écoute avec attention la jeune fille assise en face de lui. Pour la première fois, il entend un témoignage précis, une description suffisamment détaillée de ces êtres ailés. Une fois, il avait été fait mention d'un ours, mais on avait pensé - à l'époque - qu'il s'agissait d’un déguisement. Non, l'affaire devient de plus en plus sérieuse, et même si, pour l'heure, ni la presse, ni les autorités n'ont ébruité ces apparitions, cela va devenir de plus en plus difficile à cacher. Il faut absolument élucider ce mystère. Le gouvernement planétaire doit être alerté, bien entendu, car pour la première fois, on signale un enlèvement. Il se dit qu’il va falloir recouper les données d’autres disparitions non élucidées, des fois que…

Le matin-même, il a prévenu le directeur des services spéciaux au ministère de la Sécurité intérieure. Ce dernier lui a demandé un compte-rendu précis de l'interrogatoire de la jeune Randall. Le ministre lui-même sera informé. Peut-être même, le gouverneur général. Leur planète est très grande, plus grosse encore que Jupiter, la plus imposante planète du système solaire. Et toute une partie en est inexplorée, sauvage et peu propice à l'installation de colonies. Quelques rares chercheurs s'y sont aventurés. L'installation d'humains sur Korinthe est relativement récente, et seules trois générations ont déjà vécu ici. Se peut-il que des êtres aussi étonnants que ceux décrits par Mademoiselle Randall y vivent aussi ? Plus le temps passe, plus Mobell en a la certitude. Seulement... cela relève presqu'autant du ministère de la Recherche que de celui de la Sécurité...

C'est en tout cas ce qu'il se dit en fixant le joli petit visage de la jeune fille. Il la devine bouleversée par la disparition de son jeune frère et des deux petits voisins, mais aussi courageuse et déterminée. Il a lu, avant de la recevoir, le compte-rendu de ses collègues de la police locale. Il connait déjà les éléments essentiels de la vie de Joan Randall, considérée comme orpheline à l'âge de 12 ans, placée en internat alors que son petit frère, de 7 ans son cadet était confié à une famille d'accueil. Leurs parents étaient des biologistes renommés. Leur disparition n'a jamais été expliquée. L'enquête s'est terminée par un non-lieu. Pas de preuve d'assassinat, ni d'accident. Leurs traces se sont perdues alors qu'ils se trouvaient en exploration maritime. Ont-ils été enlevés ? Leur bateau a-t-il fait naufrage ? Nul ne peut le dire. Et Mobell de se demander si les Randall n'ont pas eux aussi croisé la route de ces hommes-animaux...

Il se rend compte que cela fait un moment qu'il est silencieux, la jeune fille attend patiemment, un peu inquiète. Il lui sourit amicalement et lui dit :

- Merci, Mademoiselle. Votre témoignage nous est très précieux, car il est le plus précis que nous possédions actuellement. Je vous demande encore de garder tout cela secret, c'est important.
- Bien sûr, Monsieur. Mais...
- Oui ?
- Qu'allez-vous faire ?
- Les plus hautes autorités de l'état sont informées de ces disparitions et prennent l'affaire très au sérieux. Il est possible que les services secrets soient eux aussi déjà en alerte. Soyez confiante. Nous éluciderons ce mystère.

Elle hoche la tête, ne trouve rien à ajouter.

- Vous pouvez rentrer chez vous, Mademoiselle, avec vos voisins. Nous vous tiendrons très régulièrement informée. S'il vous revenait quoi que ce soit en mémoire, un détail, un souvenir... même qui pourrait vous paraître anodin, n'hésitez pas à me rappeler.

Il griffonne quelque chose sur un papier et le lui tend.

- Merci, Monsieur.

Il la salue, Joan retourne dans le couloir, y retrouve les Dubois. Valentine comme Julian ont très mal dormi, ils ont eux aussi les traits tirés, le regard inquiet, les yeux rougis par l'angoisse et les pleurs. Le fait que leurs témoignages, et surtout celui de Joan, aient été validés par les policiers les réconforte un peu, mais ils se demandent comment va tourner l'enquête, et surtout, surtout... si on retrouvera les trois jeunes garçons.
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti (Gandalf le gris / Tolkien).

Offline Elaine

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 964
  • Geschlecht: Weiblich
  • carpe diem
Re: Au-delà des frontières de la science
« Antwort #10 am: 19. November 2013, 19:52:47 Uhr »
 ;) Coucou Limeye,

Quelque part cela me fait penser aux harpies et aux argonautes, je n'ai pas du tout pensé à Grimm, tu as placé Korinthe...tu confirme doucement..?

La toison d'or c'est celle du capitaine  ;D Désolée, très grosse journée!

Merci d'avoir commençé une nouvelle histoire!

bizz  [gaehn] [gaehn] [gaehn] [gaehn] [verytired]

Offline flamme

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 1023
Re: Au-delà des frontières de la science
« Antwort #11 am: 20. November 2013, 02:52:39 Uhr »
Coucou les filles!

Intéressante, la mythologie grecque vue à ta façon, Elaine... Hi, Hi, Hi!  [rolllaugh]

Intéressante à tous points de vue, cette nouvelle histoire, Limeye... Je suis vraiment impatiente de lire comment LA rencontre va se dérouler dans ce nouveau récit, et comment tout le reste va s'ensuivre...

Bizz
Flamme
 [jump] [jump] [jump] [jump] [jump]

Offline limeye

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 2569
  • Geschlecht: Weiblich
Re: Au-delà des frontières de la science
« Antwort #12 am: 20. November 2013, 21:46:28 Uhr »
Bonsoir les filles !

Elaine, j'ai de plus en plus de mal à inventer des noms... alors, là, j'ai carrément tout francisé, voire bretonnisé  :D ! Korinthe m'est venue comme ça...

la rencontre n'est plus très loin dans ma tête, reste à rédiger... et aujourd'hui, je n'ai pas eu du tout le temps de me remettre sur cette histoire (mais tu verras que j'ai bien avancé d'autres chantiers, dont certains pour lequel le trampoline était de service  ;) ), mais comme j'ai un peu d'avance, je peux quand même livrer un tiboutte ce soir.

 [goodnight]

Limeye  :)


De Terenez à Kerfeun, il faut compter trois bonnes heures de route. Assise à l’arrière du véhicule de ses voisins, Joan réfléchit aux événements qui viennent de se produire. Elle n’arrive pas à dire si elle est plus choquée par l’enlèvement des enfants ou par l’apparition incroyable d’un homme-oiseau. Elle pense aux travaux de ses parents, dont elle a une idée plus ou moins précise, et se demande si cela a un lien avec eux. Elle se dit qu’elle va devoir fouiller plus précisément dans leurs affaires. Elle songe aussi à un chercheur, qui a travaillé autrefois avec eux, le professeur Théo Monks. Elle se promet de le contacter.

Il fait nuit quand ils arrivent à Kerfeun, et ils gagnent aussitôt la maison des Dubois. Mais Valentine et Julian devinent aisément que Joan a quelque chose en tête.

- Je voudrais aller chercher des affaires à la maison, dit-elle.
- Des vêtements ?
- Non, fouiller un peu dans les bureaux de mes parents. J’y trouverai peut-être quelque chose…
- Il fait nuit, Joan, nous sommes tous fatigués de ces dernières heures. Essaye de te reposer, lui dit Valentine avec bienveillance.
- Je n’arriverais pas à dormir, et vous non plus, vous le savez bien…

Julian réfléchit aussi de son côté. Cadre supérieur dans une entreprise d’exploitation minière, il se souvient vaguement des recherches menées par les Randall.

- Et puis, je voudrais retrouver les coordonnées d’un collègue de papa et maman, dit Joan. Il pourrait peut-être avoir une idée de cette… apparition.
- Tonks ? Jonks ?, dit Julian.
- Non, Théo Monks, reprend Joan.
- Ah oui, je me souviens. Un tout petit bonhomme, très drôle. Toujours ébouriffé, perdant sans cesse ses lunettes qu’il avait pourtant toujours à portée de main, totalement passionné par son travail…
- Il s’est toujours soucié de nous, dit Joan. Avec gentillesse. Je voudrais le contacter.
- Il est tard, dit Valentine à nouveau.
- Où vit-il ?
- A Kernoz, dit Joan. Ce n’est pas tout près, mais…
- Mais le décalage horaire parle en sa faveur. Pas la peine d’aller chez toi, continue Julian, aveugle aux regards appuyés de sa femme. On va trouver ses coordonnées ici.

En quelques minutes, c’est chose faite et Joan s’installe devant le transmetteur. Le contact est rapidement établi avec le laboratoire de Monks, et le visage ridé et souriant du petit professeur s’affiche rapidement sur l’écran.

- Bonjour, professeur Monks, dit Joan. Vous souvenez-vous de moi ? Je suis Joan Randall…
- Oh, bien entendu ! Tu as bien grandi, Joan ! Comment vas-tu ? Que me vaut ton appel ? Ca me fait très plaisir de te revoir…
- Professeur, je vous appelle car il est survenu quelque chose de très grave. Hier, mon petit frère, Ken, a été enlevé.
- Bon sang ! Quelle horreur !
- Par des êtres… professeur, croyez-moi, je vous prie… de grands oiseaux à visage humain !

Monks secoue la tête, mais Joan comprend immédiatement qu’il la croit.

- Ainsi, tu en as vus toi aussi… Ken… Joan, où es-tu ?
- Chez mes voisins, leurs deux petits garçons ont été enlevés en même temps que Ken.
- Joan, reste avec eux, surtout… surtout, ne reste pas seule.
- Pourquoi, professeur ?, demande-t-elle, soudain très inquiète.
- C’est très compliqué. Et une très longue histoire. Sois prudente. Tes parents… tes parents faisaient des recherches compliquées… Il faut… oui, je sais ce que je vais faire. Ne bouge pas, je te rappelle d’ici peu !

Et le petit professeur coupe la communication, laissant la jeune fille et ses deux voisins abasourdis. Valentine n’a plus du tout envie de coucher son petit monde.
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti (Gandalf le gris / Tolkien).

Offline flamme

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 1023
Re: Au-delà des frontières de la science
« Antwort #13 am: 21. November 2013, 02:18:00 Uhr »
Coucou!

Il sait des choses, ce professeur Monk... J'espère seulement qu'il va pouvoir les dévoiler...  :o

Est-ce que c'est lui qui va faire le lien entre le capitaine et Joan?  [jump] [jump] [jump]

Bizz
Flamme
 :D

Offline O-tho

  • Joan Randall
  • ****
  • Beiträge: 487
Re: Au-delà des frontières de la science
« Antwort #14 am: 21. November 2013, 03:53:04 Uhr »
Coucou Limeye,

Le suspens monte...Je suis curieuse de voir comment tu vas amener le Capitaine et toute la troupe...Je suis moins certaine sur Ezra?

O-tho [goodjob] [jump] [jump] [jump]