Autor Thema: Meuterei / Version française  (Gelesen 29266 mal)

0 Mitglieder und 1 Gast betrachten dieses Thema.

Offline flamme

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 1023
Re: Meuterei / Version française
« Antwort #360 am: 13. September 2013, 13:03:09 Uhr »
Coucou! Hallo!

Je me doutais bien que je devrais encore attendre un peu...mais quand même pas à une prochaine histoire! Alors, ça promet!  [jump] [jump] [jump] [jump] [jump]

I expected waiting a little... not until a next story! I gonna wait what is coming next  with impatience....  [jump] [jump] [jump] [jump] [jump]

Bizz Limeye, et bonne journée! A plus tard!
Have a nice day Alex! Bis Bald!

Flamme
 ;)

Offline limeye

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 2569
  • Geschlecht: Weiblich
Re: Meuterei / Version française
« Antwort #361 am: 13. September 2013, 14:40:36 Uhr »
Nouvelle suite... avec une nouvelle sacrée surprise ! Mais qui vous fera plaisir...  ;)

c'est calme ici, je peux peut-être encore en faire un peu, Alex, si tu me lis...

bizz

Limeye  :)


Six semaines plus tard, Joan était assise à la place de Melissa et s'ennuyait dans l’antichambre du bureau de Garnie. C'était un chaud jeudi après-midi avant un long week-end de septembre. Garnie et Melissa avaient déjà pris leur journée aujourd'hui et Joan avait convenu avec eux de "garder le service" pour  cette journée très calme. Ce samedi aurait lieu le mariage de Katherine et John, ce qui rendait Joan déjà incroyablement heureuse, parce que Katherine avait choisi Joan comme demoiselle d'honneur. Joan venait de se servir une autre tasse de café quand la porte s'ouvrit et une jeune et très jolie femme avec de longs cheveux rouge feu et yeux verts de félin s’approcha sur une béquille. Elle semblait souffrir, mais elle sourit et dégageait une joie de vivre que Joan n'avait pas vue depuis longtemps chez un être humain. De peur, Joan en fit presque tomber sa tasse de café. Elle la rattrapa et regarda la jeune femme, comme si elle venait de voir un fantôme. "Danica !" s’écria-t-elle. "Je… je pensais, que tu étais morte…" Puis Joan se leva et prit Danica dans ses bras. "Nous avons vu exploser tout ton vaisseau."

Danica sourit. "Je suis sortie au bon moment", souffla-t-elle. "Un remorqueur samedien m’a récupérée – au bout de six heures dans l’espace. La plupart des gens deviennent fous au bout de ce temps."

Joan regarda Danica et désigna avec pitié sa béquille. "Tu es blessée. Est-ce grave ?"

Danica fit signe que non. "Plus maintenant. J'ai eu quelques engelures et été victime d’une mauvaise hypothermie. Mon genou gauche est cassé, mais les médecins disent qu’il se remettra bien. Il faut juste être patient. Au moins six mois. Cependant, je ne pourrais plus voler à bord d’un Broadsword avec cela." La dernière phrase fut accompagnée d’un voile de tristesse sur le beau visage de Danica. Voler à bord d’un chasseur avait été jusqu’à présent toute la vie de Danica.

"C’est peut-être mieux, Danny", dit Joan en accompagnant Danica jusqu’au canapé. "Assieds-toi. Tu es vivante, tu dois avoir toute une armée d’anges gardiens, c’est clair, non ? Tu n’obtiendras peut-être pas une telle chance une deuxième fois dans ta vie." Joan servit une tasse de café et la tendit à la femme rousse. "Que feras-tu si tu ne voles plus en service actif ?"

Danica prit une gorgée de café et sourit. "J'ai quelques options, je dois rester au service comme les anciens combattants handicapés, aussi longtemps que je suis physiquement capable de mener d'autres activités. Je peux donner un enseignement théorique pour la formation de vol, je peux travailler à l’Etat-Major, quelque chose comme ça. Mais je pourrais aussi faire valider mes demandes de pension et  rentrer à la maison dans le petit village de Serbie, où j'ai grandi et me rendre utile à l’orphelinat. Il y a toujours pire comme situation, et parce que j'ai une conscience sociale, ce serait bien pour moi. C’est une bonne maison et je veux que les enfants qui y sont grandissent bien."

"Oh Danica, tu es si bonne !" s’écria Joan, ravie. "Mais sinon, comment ça va ?"

Danica hésita un moment à répondre. "Tu parles… de Peter ?" Elle soupira. "Tu sais, parfois je pense que Peter a délibérément provoqué la mort. Mais je pense que je suis peut-être à blâmer. Je m’en veux, tu comprends ?"

"En as-tu déjà parlé avec quelqu’un ?" demanda Joan avec un réel intérêt.

Danica secoua la tête. "Oui, avec mon médecin qui est par ailleurs un vrai assommoir…"

Joan sourit. "Je veux dire, avec quelqu’un dont c’est le métier, tu vois ce que je veux dire ?"

"Tu parles d’un pyscho-machin ?" demanda Danica en souriant.

"Pas du tout, parles-en avec Kat, elle ne devrait pas tarder."

"Bien, bien", grommela Danica. "Je ne crois pas que Kat avait une opinion particulièrement élevée de Peter. A cause de vous deux." Elle fixa Joan. "Nurara sait-elle ce qui s’est passé ?"

Joan secoua la tête. "Oui, nous le lui avons fait savoir immédiatement après notre retour dans le système solaire. Elle a été assez bouleversée. Si tu connais son histoire, tu dois savoir pourquoi."

"Peux-tu me le dire ?"

Joan s’assit à côté de Danica sur le canapé. "C’est une longue histoire, je vais faire court. Après son arrestation, Nurara est tombée amoureuse de son avocat, ils se sont mis en couple, elle s’est resocialisée et est tombée enceinte de lui. Le jour de sa grâce présidentielle a resurgi un vieil admirateur, qui a tué son amour devant ses yeux en public. Kat a également été grièvement blessée à cette occasion. Cela fait presqu’un an jour pour jour."

"C'est terrible !" s’écria Danica, horrifiée. "Je veux dire, l'histoire de l'assassinat, je l'ai sue par les médias, mais pas dans les détails. Autrement dit, elle a perdu en très peu de temps deux hommes pour lesquels elle avait développés de l’affection. Je dois réviser sérieusement mon opinion de cette femme."

Joan regarda Danica d’un air interrogateur. "Et quelle est l’opinion que tu avais d’elle ?"

"Je l’ai considérée pour une égoïste sans égards, exactement comme avant son arrestation." Danica regarda sa montre. "Joan, je dois y aller, mon médecin m’attend." Elle prépara sa béquille. "Merde, je ne verrai pas Katherine, s’il te plait, dis-lui bonjour de ma part."

Joan sourit. "Je le ferai, Danica. A tout hasard, Kat se marie après-demain."

Danica était maintenant surprise. "Non, ce n’est pas vrai ! Alors s’il te plait, transmets-lui aussi mes meilleurs vœux !"

"Joan n’aura pas besoin de le faire, Danica", dit une nouvelle voix. C’était une ravissante Katherine dans une robe d’été légère, les cheveux noirs volant. "Tu es invitée à mon mariage. Bon retour, Danica ! C’est vraiment bon de voir que tu vis encore !" Cet accueil fut suivi d’une chaleureuse embrassade.

Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti (Gandalf le gris / Tolkien).

Offline flamme

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 1023
Re: Meuterei / Version française
« Antwort #362 am: 14. September 2013, 00:54:30 Uhr »
Coucou! Hallo!

 [bigeek] [bigeek]  [bigeek] Eh bien, pour une surprise, c'en est toute une! Moi qui croyais Danica morte... Alex a réussi là un coup de maître!  [master] [master] [master]  J'ai eu infiniment de plaisir à lire tout ce passage, où la conversation entre Joan et Danica est empreinte de sensibilité, et l'arrivée de Kat est tombée à pic! J'ai comme l'impression d'avoir fait un tour de montagnes russes!  :D


Alex, you made a miracle!  [chinese] [chinese] [chinese] And you caught all of us with Danica's death! I was so happy because she came back, alive! I liked so much her conversation with Joan, and Kat's words to Danica! What a masterpiece!  [respekt] [respekt] [respekt]

I feel more  [jump] [jump] [jump] [jump] [jump] than ever! That's like a roller coaster...  :D

Congrats,
Flamme
 ;)
« Letzte Änderung: 14. September 2013, 00:57:07 Uhr von flamme »

Offline limeye

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 2569
  • Geschlecht: Weiblich
Re: Meuterei / Version française
« Antwort #363 am: 14. September 2013, 12:48:50 Uhr »
Oui, c'est vraiment une belle surprise, je n'y croyais pas non plus en découvrant le texte d'Alex quand il me l'a envoyé  [bigeek]

J'ai en ma possession la fin de l'histoire et l'épilogue, je vous les traduis dès que je peux...  ;)

bizz et bon début de journée !

Limeye  :)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti (Gandalf le gris / Tolkien).

Offline flamme

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 1023
Re: Meuterei / Version française
« Antwort #364 am: 14. September 2013, 13:02:31 Uhr »
Coucou Limeye!

Tout ce que je peux dire, c'est:  [jump] [jump] [jump] [jump] [jump] [jump] [jump]

Bizz
Flamme
 ;D

Offline limeye

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 2569
  • Geschlecht: Weiblich
Re: Meuterei / Version française
« Antwort #365 am: 14. September 2013, 19:32:50 Uhr »
pour ce passage suivant et le petit jeu de Kat, cela m'a fait penser à un sketch célèbre chez nous, un des Inconnus avec le fameux "vous pouvez répéter la question ?"

je vous mets le lien, 20 ans après, on est toujours aussi bidonnés...

http://www.youtube.com/watch?v=n8k1uomleiA

désolée, Alex, c'est long et difficile à traduire  [unconscious], mais en français, c'est très drôle !

bizz

Limeye  :)


 "... Et si je vous demande, John Alexander Milner, voulez-vous prendre Katherine Anne Ballard ici présente pour votre légitime épouse, l'aimer et l'honorer, dans les bons moments comme dans les mauvais, puis répondez "Oui "". Le petit pasteur grassouillet avec une couronne de cheveux noirs regarda John avec un doux sourire.

John regarda Katherine, qui lui sourit dans l'expectative. Sans hésitation, John dit d'une voix haute et forte : "Oui, je le veux !".

Le pasteur posa la même question à Katherine : "Katherine Anne Ballard, voulez-vous prendre John Alexander Milner ici présent pour votre légitime époux, l'aimer et l'honorer, dans les bons moments comme dans les mauvais, puis répondez "Oui "".

Katherine regarda John, le regarda de la tête aux pieds et son visage se fendit d'un large sourire.  John sourit en retour, mais Katherine ne répondit pas. Elle souriait seulement. Les secondes passèrent. Le pasteur s'agita. "Dois-je reposer ma question, Katherine ?" Un murmure incrédule traversa la petite église.

Katherine se tourna vers les invités de la noce et ses dents blanches et nacrées sourirent derrière son voile. John était visiblement nerveux, la sueur perlait à son front. Katherine hésitait-elle ? John s'était également penché vers les invités du mariage, sa future belle-famille et son beau-frère, et l'horreur se lisait dans son visage. Joan qui tenait le bouquet de Katherine, se mordit le poing de panique. Curtis, Ezella et Danica étaient assis là avec de grands yeux et la bouche ouverte. "Dois-je le faire ?" s'écria Katherine en souriant. Le murmure dans l'église s'amplifia.

"Allez, Kat ! On a faim !" cria quelqu'un dans la rangée du fond, c'était un ancien camarade de classe de Katherine. Des rires remplirent la petite église. Tout le monde comprit maintenant que c'était seulement un petit jeu de Katherine, auquel elle jouait depuis l'enfance et que c'était une petite revanche sur John.

Katherine regarda John, qui était devenu livide, puis le pasteur. "Quelle était la question, révérend ?" demanda Katherine d'une voix d'ange.

Le pasteur, visiblement irrité, reposa la question : "Katherine Anne Ballard, voulez-vous prendre John Alexander Milner ici présent pour votre légitime époux, l'aimer et l'honorer, dans les bons moments comme dans les mauvais, puis répondez "Oui "".

Katherine n'hésita pas une seconde fois pour répondre. "Oui, je le veux !" entendit-on haut et clairement. John était au bord de la dépression nerveuse. Tous les invités de la noce jubilèrent et applaudirent.

Le pasteur désigna à Joan le petit plateau en argent sur lequel se trouvaient les anneaux de mariage se trouvaient. Après que Katherine et John eurent échangé les anneaux, il posa ses deux mains sur les leurs et dit solennellement : "Ce que le Seigneur a unit, nul homme ne peut le défaire. John, maintenant vous pouvez embrasser la mariée !"

John donna à Katherine un long baiser, il lui murmura à l'oreille et lui sourit : "Si tu refais une telle chose, je t'enchaînerai à la maison pour le reste de ta vie, petite salope..."

Katherine sourit gentiment et lui chuchota : "Tout ce qui vous rend heureux cow-boy ! Et en premier lieu, nous sommes quittes."
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti (Gandalf le gris / Tolkien).

Offline limeye

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 2569
  • Geschlecht: Weiblich
Re: Meuterei / Version française
« Antwort #366 am: 15. September 2013, 10:10:16 Uhr »
Voici la fin, il me reste juste l'épilogue à vous traduire. Peut-être ce matin si j'ai le temps, sinon, ce sera pour la fin de journée (pour la vieille Europe  ;) ).

J'ai juste eu un souci avec le mot Korinthenkacker, dont je n'ai absolument pas trouvé la signification (Korinthen, c'est Corinthe, comme les raisins de Corinthe...), vu le contexte, j'ai donc traduit par "paperasserie" qui me semblait être dans l'esprit... s'il y a mieux, je corrigerai !

bizz

Limeye  :)


Le matin du lundi suivant, Joan s'assit au bureau avec la tête lourde. Elle aurait voulu ne jamais avoir été invitée à une fête de mariage dans le Sud. Deux jours de festivités avec seulement trois à quatre heures de sommeil avaient exigé beaucoup pour elle. Même Curtis, qui buvait habituellement peu ou pas d'alcool s'était sérieusement servi pour fêter l'événement et ce n'était pas très bien de son propre aveu. Mais Katherine et John avaient eu un mariage merveilleux, Joan avait rencontré beaucoup de gens nouveaux et intéressants parmi la famille et les amis de Katherine, et le samedi soir Nurara, fait assez surprenant, avait fait son apparition sur la scène. Elle n'était pas restée longtemps, mais en tant que Martienne à la peau verte, elle portait une robe de cocktail en soie du même vert et avait été presque comme la deuxième star de la soirée, avec la mariée. Elle avait discuté avec animation avec Danica, les parents de Katherine, Garnie, Taggart et beaucoup d'autres, jusqu'à ce que l'heure arrive pour elle de dire au revoir à John et Katherine pour se rendre de l'autre côté de l'océan Atlantique, où elle avait l'intention d'acheter une petite maison près de la mer.

Joan songeait toujours à la cérémonie de mariage. Elle avait été une distraction bienvenue après les terribles événements qui s'étaient produits à bord du Tennessee et sur Sameda II pour eux tous. Aujourd'hui, c'était le dernier jour de travail pour Katherine, journée qu'elle voulait consacrer à son remplaçant, mais jusqu'à maintenant ni Katherine ni l'officier la remplaçant n'étaient apparus. Dans la soirée, elle monterait avec John à bord du paquebot de luxe Gold Mercury et profiterait de deux semaines de lune de miel pour se faire dorloter. Pour Joan, la routine reprenait. De plus, elle avait envie de vacances, de détente et de loisirs. Soudain, lui revint à l'esprit qu'elle avait parlé par vidéo-transmetteur d'un voyage dans les Caraïbes dans l'après-midi précédent le bal des officiers du Tennessee avec Curtis. Elle prit bien note de lui reparler dans la soirée. Peut-être ces vacances pourraient aussi être une bonne occasion de parler avec Curtis à nouveau de leur avenir. Elle aussi voulait être une belle mariée, comme Katherine. Elle voulait une famille aussi, mais ce dont elle était sûre, c'était qu'elle voulait Curtis.

Un raclement de gorge tira Joan de ses pensées. Un jeune Capitaine aux cheveux disciplinés, blond cendré, avec des lunettes à monture métallique et en accord parfait avec son uniforme bleu foncé se tenait devant elle et la saluait poliment. Ce garçon avait au mieux tout juste vingt ans et regardait Joan comme un bon fils regarde sa mère.

"Capitaine, je suis le Capitaine Dr. Lloyd Hopkins, appelé par le ministère de l’Intérieur et je dois rencontrer la Dr Ballard." Hopkins semblait un peu rigide et prononça son prénom en insistant sur le double " l " de Lloyd, comme s’il avait dit Le-Loyd.

Méfiante, Joan se reprit et essaya d’accorder toute son attention au jeune Capitaine. "Kat n’est pas encore arrivée, Le-Loyd." Joan avait clairement insisté pour taquiner le jeune homme sur son nom. Elle se leva. "Voulez-vous un café, Le-Loyd ? Je suis Joan, Joan Landor."

Hopkins tenta un sourire poli et s'assit sur une chaise, le dos à la porte ouverte. "Enchanté, Capitaine Landor. Je vous serais reconnaissant d'ailleurs, si nous pouvions nous parler en utilisant nos rangs et noms de famille."

"Qui est donc ce petit-bourgeois ?" pensa Joan avec un petit sourire et elle répondit : "Bien entendu, Le-Loy… Ha, Capitaine. Ce n’est cependant pas dans nos habitudes. Du lait ? Du sucre ?"

"S’il vous plait, volontiers", répondit Hopkins poliment. "Avec qui aurais-je donc à faire, lorsque je vais rencontrer la Docteur Ballard ? Je veux dire, comment est-elle ?"

Joan déposa une tasse devant Hopkins et s'assit dos à son propre bureau, fac à lui. "Vous voulez dire comme un homme ou comme une femme, Capitaine ?"

"Les deux", fut la réponse laconique.

Joan regarda au-delà de Hopkins vers la porte, il y avait Katherine avec une queue de cheval, en jeans, veste en cuir et un t-shirt léger, qui restait appuyée contre le cadre de porte et attendait dans l'expectative, avec un large sourire et les bras croisés. Avec un clin d’œil, elle encouragea Joan à poursuivre, alors qu'elle pinçait ses lèvres d’amusement. "Kat ne vous plaira pas, Capitaine. Vraiment pas."

Hopkins leva les sourcils, perplexe. "Pourquoi ?", demanda-t-il.

"Kat est forte, vive, nerveuse, drôle, elle boit le whisky directement au goulot et avec cela, elle paraît aussi insolente. Et elle a un problème avec les gens qui suivent strictement exactement les règles sans tenir compte parfois du sens commun. Elle déteste la paperasserie et la procédure." Katherine leva le pouce avec reconnaissance. "Je crains, Capitaine, que ce ne soit des caractéristiques qui ne vous conviennent pas bien. Vous avez de la chance car vous n’allez avoir à faire avec elle que durant quelques heures, le temps de la relève."


Perplexe, la mâchoire de Hopkins tomba. "Je ne comprends pas, Capitaine."

"Il y a encore autre chose que la Major Ballard déteste plus encore. C’est quand on l’appelle Docteur Ballard." Katherine entra, et s'assit provocante sur le bord du bureau de Joan. "Elle devient furieuse Le-Loyd." Elle accorda à Hopkins un sourire idiot.

Hopkins était maintenant complètement confus, et se leva de sa chaise. "Et vous êtes ?"

"Elle-même…" répondit Katherine avec un sourire diabolique et elle lui tendit la main en guise de salutation. "Kat Ballard. Mettons-nous au travail, j’ai ce soir un bateau à prendre."
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti (Gandalf le gris / Tolkien).

Offline limeye

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 2569
  • Geschlecht: Weiblich
Re: Meuterei / Version française
« Antwort #367 am: 15. September 2013, 10:58:24 Uhr »
EPILOGUE


Il faisait froid sur le ferry. Un vent glacial soufflait et les mouettes criaient. Du ciel gris au-dessus de la mer du Nord tombait une pluie fine. La jeune femme était seule à l'arrière et regarda avec intérêt la rampe. Elle reconnaissait les lettres S et N qui avaient été gravées il y a un an dans la peinture. La femme releva le col de sa veste pour se réchauffer et se blottit dans son écharpe douce. C'était le même ferry que celui qu’elle avait quitté l'île en tant que femme libre et raffinée. Et elle était enceinte de quelques  semaines. Elle se souvenait du jour où elle avait quitté l’île avec l’homme qu’elle aimait pour un nouvel avenir. C'était une chaude journée et étouffante et la brise de mer avait apporté un peu de fraîcheur.

"Tu es de retour", Nurara entendit une douce voix masculine derrière elle. Elle regarda autour d’elle. Sam se tenait à côté d'elle, grand, avec ses cheveux noirs, et il avait les mêmes yeux verts que leur fille Jelana.

"Oui, Sam. Je rentre à la maison. Là où j’ai passé les meilleurs moments de ma vie. Avec toi", répondit Nurara doucement. Puis elle dit tristement : "Nulle part ailleurs je me sens aussi bien qu’ici, mais sans toi, ce ne sera jamais pareil."

Nurara regarda à nouveau la mer. Le littoral du continent avait complètement disparu dans la brume grise. "Je ne t’oublierai jamais, Sam. Jamais, aussi longtemps que je vivrai". La corne de brume retentit, signalant que le navire arrivait à proximité de l’entrée du port de l’île. Nurara regarda à nouveau vers Sam, mais il n’était plus là. "Jamais", souffla-t-elle.



Que sont devenus…

Hernando Rodriguez a été condamné à mort par un tribunal militaire. Dans le cadre des conventions relatives aux droits de l'homme, la peine de mort a été transformée en une peine d'emprisonnement de soixante-dix ans dans une colonie pénitentiaire sur la lune de Pluton, Charon. Rodriguez a été dégradé comme simple soldat et a été licencié de la Marine. Sa femme et ses deux filles, âgées de quatorze et seize ans, vivent maintenant de l’aide sociale.

L'équipage du Courageux a été condamné à des peines de prison allant de cinq à 42 ans. Le Commandant George Walker a été condamné à la peine maximale.

Jenny Simmons a été promue Lieutenant Commandant et à pris la place de Wrangler à bord de la corvette. Le Caporal, qui lui a sauvé la vie, est aujourd’hui son mari.

Danica Vukovic a démissionné au bout de quelques mois de son poste d’instructeur à l’école de pilotage et est retournée en Serbie. Elle travaille comme aide-soignante à l’orphelinat de son village natal et se prépare pour devenir éducatrice. Elle a épuisé son médecin traitant. Elle a retrouvé sa pleine santé.

Joachim Becker a quitté le service de la flotte active et a prit sa retraite. Il est décédé le 22 décembre de la même année d’une crise cardiaque.

Quelques semaines après la répression de l’insurrection, Povlek a été victime d’un crime violent dans son bar. Que son assassinat ait été lié à son activité de rebelle n’a pas encore été éclairci.

Javeed Reebah a été capturé alors qu'il tentait de quitter Sameda II. Un tribunal samedien l’a condamné à mort pour complicité dans le coup d’état. Il est toujours en attente de l'exécution du jugement.

Rachel a abandonné son emploi comme employée civile de la Marine. Elle vit à New York où elle a rencontré un boulanger. Ensemble ils ont ouvert un petit café dans Manhattan, à proximité du siège de la police. Les petits gâteaux de Rachel sont connus au-delà des limites de New York et Joan et Katherine font partie de leurs meilleures clientes.

Elena Marko et Abe Tovin se sont retrouvés et s’occupent ensemble de leur fils Oliver.

Christopher Lafayette a été licencié de la Marine et soumis à une peine d’essai. Il travaille aujourd’hui dans une entreprise de construction dans le nord du Canada.

Will Baxter et Maggie de Havilland se sont mariés au printemps de l’année suivant et ont eu des jumeaux. Will travaille encore à la police de l’espace, Maggie se consacre à son rôle de maman et est enceinte pour la deuxième fois. Ils vivent heureux au Texas.

Le système solaire et le système de Samedi ont officiellement établi des relations diplomatiques, Boolen est entré en politique et travaille comme cadre au ministère des affaires étrangères. Lilla a pris la direction des services secrets. Elle entretient à ce jour une relation très amicale avec Joan. Joan est retournée une fois avec Curtis sur Sameda II pour se faire ponctionner encore un peu de liquide cephalo-rachidien. Le vaccin pour corriger l’anomalie génétique a pu être mis au point avec succès.

Nurara a acheté la maison de l’île de la mer du nord, Baltrum, où elle avait vécu durant sa resocialisation. Elle y vit actuellement avec bonheur avec sa fille et sa mère et continue à travailler sur ses découvertes scientifiques. Elle entretient des contacts réguliers avec Joan, Curtis, Katherine et Jonathan McCabe, mais reste silencieuse en ce qui concerne les détails de son travail, et ce, de manière persistante…

On n’a retrouvé à ce jour aucune trace de Vul Kuolun et sa compagne Fesil.

FIN
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti (Gandalf le gris / Tolkien).

Offline flamme

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 1023
Re: Meuterei / Version française
« Antwort #368 am: 15. September 2013, 14:48:24 Uhr »
Coucou Limeye!

Un GROOOOOOOS merci pour avoir traduit cette histoire si palpitante! J'aurais certainement manqué plusieurs subtilités si j'avais dû utiliser un site de traduction! Sans compter le temps que ça m'aurait pris... je n'aurais certainement pas fini! Alors j'ai beaucoup apprécié ce que tu as fait pour nous!  [master] [goodjob] [chinese]  [respekt]

Hallo Alex!

Well... I want you to know that I read this story with a real pleasure! There was action, suspense, romantic, hilarious, terrifying  and... surprising moments...!  I felt so many emotions, you're an excellent author! And your story was simply amazing! The movie would be terrific, with the cast you have chosen!  [master]  [master] [goodjob] [goodjob] [chinese]  [chinese]  [respekt] [respekt]

I think we will hear about Kuolun some day... This can't be the end...   ;)

Avec amitié, Friendly yours,
Flamme
 [hello]

Offline flamme

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 1023
Re: Meuterei / Version française
« Antwort #369 am: 15. September 2013, 17:20:35 Uhr »
Wow!

Toute une finale!!!...  [master] [chinese]

Les trois  mousquetaires, une pour toutes, et toutes pour une!

J'adore!  [goodjob]

Flamme
 ;)

Offline limeye

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 2569
  • Geschlecht: Weiblich
Re: Meuterei / Version française
« Antwort #370 am: 15. September 2013, 19:32:03 Uhr »
Hello à toutes, tous et Alex !

je reconnais que j'ai pris grand plaisir à traduire cette histoire (plus de 320 pages quand même, que ce soit en allemand ou en français - ça revient sensiblement au même), que je suis évidemment partante pour la suite quand Alex sera prêt à l'écrire et à la publier, que je ferai de mon mieux encore pour vous faire partager suspens et aventure !

outre le fil de l'histoire, palpitante, le suspens, j'ai évidemment adoré les personnages qu'Alex a amenés. J'ai bien du mal à dire lequel je préfère, même si j'ai un faible pour Taggart côté gentil et Rodriguez côté méchant. Le face à face entre les deux était... somptueux !

j'ai aussi aimé sa vision de Kuolun, méchant, vicieux, intelligent à souhait. Un vrai méchant est la base d'une bonne histoire, et là, on en avait même deux pour le prix d'un avec Rodriguez...

mention spéciale aussi pour Nurara, ses rêves et ses pensées qui ont apporté une touche de sensibilité très bien rendue.

bien sûr, des questions restent en suspens : que devient Kuolun, que va-t-il fomenter comme prochain mauvais coup ? J'avais presque imaginé qu'il aurait réussi à emporter les échantillons d'adn de Joan et s'en serait servi pour faire le mal (forcément...). Comment Joan va-t-elle réussir à travailler avec le remplaçant de Kat ? Comment Curtis va-t-il changer suite à la discussion avec Joan, comment elle aussi va-t-elle changer ? Est-ce que certains "seconds rôles" reviendront dans la prochaine histoire... mystère, mystère !

j'ai aimé aussi la "métamorphose" de John.

petit bémol (il en faut bien un), mais qui disparaîtra peut-être avec l'histoire suivante, je reste sur ma faim quant à Curtis et Joan. La discussion entre les deux n'était (pour moi) qu'une première étape, et dans son ensemble, cette histoire me paraît plus être celle de Kat et John. Aimant aussi (mais je ne suis pas la seule parmi les lectrices françaises) beaucoup Grag, Otho et Simon (sans compter Oog et Eek), je les ai trouvés peu présents. Mais voilà, ce sont juste des petites remarques, et en aucun cas des reproches, car écrire une telle histoire, avec tous les rebondissements, les personnages, les lieux différents, un suspens de bout en bout, je dis juste  [respekt] [master] [respekt] [master] [respekt] [master]

et franchement : pas mieux  ;)

et je sais que si je m'ennuie, je peux toujours aussi m'occuper à traduire "man hat immer eine Wahl", le volet précédent...

maintenant... j'espère que : Alex parviendra à faire signer Liam Neeson, et tous les autres (cela dit, nous n'avons toujours pas trouvé de rôle pour Johnny Deep - à y réfléchir pour le prochain épisode  :D).

et que bien sûr... prête pour la suite  ;D, allez Alex : schreib mal wieder  [work] [sm] ;D

bizz

Limeye  :)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti (Gandalf le gris / Tolkien).

Offline limeye

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 2569
  • Geschlecht: Weiblich
Re: Meuterei / Version française
« Antwort #371 am: 15. September 2013, 20:31:04 Uhr »
Limeye vous pouvez traduire la suite "für immer" et "man hat immer eine Wahl". Cest le sequel du Meuterei.

ich weiss es  ;) !

Ecrit sans Google ;D

Bravo  [goodjob]. Sequel existiert nicht : "suite" ist besser.  ;)

Limeye  :)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti (Gandalf le gris / Tolkien).

Offline O-tho

  • Joan Randall
  • ****
  • Beiträge: 487
Re: Meuterei / Version française
« Antwort #372 am: 16. September 2013, 00:22:53 Uhr »
Hi Limeye et Free Nurara,

That was an amazing story Free Nurara!  Thanks again for sharing it with us! Et un grand Merci a Limeye pour sa traduction!

"vous pouvez traduire la suite "für immer" et "man hat immer eine Wahl". Cest le sequel du Meuterei"

Free Nurara, you meant to say that "man hat immer eine Wahl" is the prequel (which means it comes before Meuterei) but that "Fur Immer" is the sequel to Meuterei? Does this mean you are writing what happens after Meuterei or did I miss anything?

I really really want to know what happens to Kuolun, you do not leave such a bad and mean guy hanging in your closet..no no no, you need to get him out again...And well, what happens also to Joan and Curtis..Does he still have cold feet regarding commitments?... Or do they compete with Kat and John for who will become pregnant first  ;D

Cannot wait to read your stories again!

O-tho

PS: cool Lego set up... ;)
« Letzte Änderung: 18. September 2013, 05:20:26 Uhr von O-tho »