Autor Thema: Cadavre Exquis – Les visages de mon ennemie (Ou la révolte des prisonniers, visi  (Gelesen 28833 mal)

0 Mitglieder und 1 Gast betrachten dieses Thema.

Frégo

  • Gast
Cadavre Exquis – Les visages de mon ennemie (Ou la révolte des prisonniers, vision alternative)

Coucou!

À la demande générale, je me lance dans cette aventure, faisant suite à ce que j’ai écrit dans « Histoires avec mots imposés ».  Voici de nouveau ce récit comme prologue, et un petit début . ;)

Prologue

Joan était à son bureau, il était 22h. Sa lumière était éteinte et seul  les néons de l’immeuble d’en face éclairaient son visage. Dans sa tête, ça tournait comme un moulin à eau. Elle songeait avec un mauvais pressentiment à cette nouvelle mission qu’Anders avait confiée à Ezra et à elle-même, presqu’en présentant ses condoléances. Dans 3 jours, ils devront, à bord du vaisseau Balkan, escorter une cargaison des pires criminels vers la planète-prison Cerberus.

Cette mission sentait tout sauf le parfum de rose. L’humeur d’Anders avait été sombre. Elle l’avait senti sous pression. Joan sentait qu’il aurait voulu attendre de renflouer ses effectifs avant d’organiser ce transfert. Il y avait une rumeur qui circulait que les prisonniers préparaient une mutinerie qui aurait lieu durant le voyage.

Mais garder ces prisonniers sur terre devenait dangereux. Le ministre de l’intérieur Swan le harcelait à ce propos tous les jours. La haine entre les deux hommes était palpable. Ezra ne portait pas Swan dans son cœur non plus. Quant à Joan, elle avait croisé le ministre à quelques reprises. Chaque fois il lui semblait qu’il l’avait dévisagée avec un mélange d’hostilité et concupiscence.

Joan avait consulté la liste des prisonniers. Kim Ivan, le redoutable pirate et plusieurs de ses comparses comme Molémos, Reluuq et Bora Boru seraient du voyage avec une centaine d’autres. Ça avait pris 4 ans au Capitaine Flam pour mettre fin aux activités de Kim Ivan. Cette affaire avait été un véritable bain de sang du côté des policiers comme celui des pirates. Il n’était pas difficile de s’imaginer la haine que ces prisonniers vouaient au Capitaine Flam. Celui-ci en ferait une syncope s’il n’était pas en mission à l’autre bout de la galaxie et s’il savait que c’était à elle et Ezra qu’on avait confié cette mission suicide d’escorter ces fauves.

Joan savait que tous pouvaient tuer gratuitement aussi facilement qu’écraser des moustiques. Ajouter la haine, le désespoir et la certitude de finir leurs jours sur la planète-tombeau, ça donne la certitude d’une sanglante tragédie. Si cette mutinerie avait lieu, elle y perdrait surement la vie ou elle souhaiterait la perdre. Elle savait pertinemment ce que les prisonniers feraient d’elle.  Pourtant, Joan n’avait pas le choix. Elle ferait parti du voyage. Ezra est sa seule famille et elle était décidée à tout faire pour préserver sa vie. Et qui sait? S’ils  arrivaient  à mener  ce voyage à son terme. Ils auront accompli les premiers devoirs du policier : Servir et protéger. Cela clouerait définitivement le bec du ministre et certaines méchantes langues de son entourage.

« Creusons-nous la cervelle. L’instigateur de cette mutinerie sera certainement Kim Ivan. Qu’est-ce je ferais si j’étais à sa place? » Elle échappa un petit rire nerveux. « Ce pirate en ferait une tête s’il savait que c’est moi,  la  petite fouine blonde, qui me prête à cet exercice! » Elle réfléchit à nouveau. « En tout cas, une chose est certaine. Je m’arrangerais pour connaître le vaisseau Balkan de fond en comble. Il me faut le les plans actuels du vaisseau mais aussi ceux du temps où ce vaisseau était un vaisseau de croisière et se nommait La Mésange Bleue. »

« Qu’en est-il de la possibilité des prisonniers de passer quelque chose avec eux? Ivan a beaucoup d’amis plus que désireux de l’aider.  Hum…Ils n’auront que leurs uniformes faits de fibre synthétique traités avec un imperméabilisant. Dans une buanderie de prison, on peut trouver tous les produits chimiques requis pour « cuisiner un acide » et que cela passe inaperçu.   Les prisonniers devront être fouillés juste avant de monter à bord. On leur fera enfiler des uniformes neufs par la même occasion pour plus de sureté. »

Joan s’installa devant son ordinateur et utilisa Google pour accéder aux renseignements concernant Le Balkan-La Mésange bleue. Anders lui avait donnés tous les codes d’accès à tous les renseignements qui pouvaient l’aider de près ou de loin à la préparation de ce voyage. Anders voulait leur donner à elle et Ezra le maximum de chance d’échapper à la mort. Mais à sa surprise et à sa colère, aucun des codes d’accès ne lui permettaient d’accéder aux renseignements concernant les vaisseaux. Joan pu néanmoins traquer qui avait eu accès  à ce site le dernier. Elle vu avec fureur le nom de Swan figurer plusieurs fois à la suite de l’autre. De toute évidence, il avait verrouillé le site. De toute évidence, il voulait l’envoyer à la mort avec Ezra. Elle savait que ni elle, Ezra ou Anders ne pourraient le confronter la dessus, il évoquerait hypocritement  les mesures extraordinaires de sécurité.

Dans un accès de rage, elle balaya du revers de la main tout ce qui se trouvait sur sa table de travail. Elle fut interrompue par la voix d’adolescent du petit préposé à l’entretient ménager : « Lieutenant, si vous ne déplissez pas votre front, vous aurez des rides avant 30 ans! »Joan tourna la tête vers  Jennings, un jeune homme maigrichon avec des lunettes de fond de bouteille qui rasait les mûres, invisible, insignifiant.

Après une longue respiration elle lui répondit : « Désolée pour le désordre Jennings, vous n’avez pas besoin de cette tâche supplémentaire de ma part après ce que mes supérieurs vous servent comme pensums. » Il lui dit avec un clin d’œil : « Lieutenant, nous n’avez aucune idée de ce que j’ai en échange de ces pensums. Pendant qu’on ne me voit pas, moi, je vois tout et j’entends tout ici… Vous savez, il est bien imprudent Swan, quand il tape son nom d’utilisateur et  ses codes d’accès. Je peux aussi vous donner de leçons de hacking si vous voulez. »

Joan resta interdite un moment et commenta : « Excellent service d’entretient ménager ici! Que voulez-vous en échange? » « Pas d’insultes Lieutenant. » Rétorqua Jennings. « Je veux juste que mon bel ange gardien reste en vie longtemps. Il y a assez de pourris comme Swan ici. Je veux continuer à être invisible et travailler en paix. J’ai toute ma famille à nourrir. Le monde est moins sombre depuis que je sais que vous êtes là. Vous… et le Colonel Gurney aussi. C’est lui qui m’a trouvé cet emploi. Soyez discrète sur mon « passetemps », je n’en demande pas plus. » « Marché conclu. » Répondit Joan, plus émue qu’elle voulait le laisser paraître.

Au bout d’une heure, Joan eu tous les plans du Balkan et de La Mésange bleue avec des emplacements que Swan avait désignés pour que les prisonniers gagnent les ponts supérieurs. Joan décrypta une série de correspondances entre Swan et Bora Boru (Comment! Cet escroc avait accès à un ordinateur!) Concernant ces plans. Si Kim Ivan avait des plans de son côté, il ne faisait pas parti de celui-ci et il n’était pas prévu qu’il reste en  vie.

Elle décrypta aussi ses correspondance avec d’autre membres de la Police interplanétaire (manque d’effectifs  mon œil!) qui auraient interceptés et abordés le Balkan juste après la mutinerie au signal de Bora Boru qui croyait qu’il aurait eu la vie sauve. Swan avait prévu la récupérer, elle,  pour un traitement spécial comme celui qu’il avait donné au capitaine William Randall (Son père!) Ensuite, Il aurait détruit le Balkan , officiellement pour empêcher des pirates de sévir. Swan aurait pu avoir les mains libres pour évincer Anders et en temps utile, se saisir du gouvernement interplanétaire.

Joan alerta  Ezra et Anders en urgence pour démanteler  cette conspiration et  arrêter Swan et ses comparses. Ils allongèrent la liste des partants pour Cerberus, qui fut retardé de deux semaines; le temps d’ajuster le protocole préventif, prévu par Joan.

13 jours plus tard…dans  une cellule du Balkan...

Joan est assise, silencieuse, les genoux remontés jusqu’au menton, le regard fixé sur Swan et 3 hauts gradés déchus de la police interplanétaire, Larson, Mac Nair et Kulikov; également assis appuyés au mûr face à elle. Cela fait 3 jours qu’elle été conduite à cette cellule par Molémos et Bora Boru. « Hé Swan, les Ripoux, on vous apporte la petite gâterie que je vous avais promise; parce que MOI je respecte toujours mes marchés! » Railla Bora Boru. « Profitez- bien d’elle…si vous pouvez dompter cette tigresse! » Et ils l’avaient jetée sans ménagement dans la cellule avec Swan et ses sbires.  Les paroles de Bora Boru  furent suivies d’un rire sadique de la part de Molémos et par un « Vous me paieraient ça! » fou furieux de la part du Capitaine Flam.

Joan est restée éveillée à observer ses 4 voisins de cellule sans bouger. Elle est sure qu’elle pourrait les tuer tous avant d’être blessée sérieusement mais elle refusait de s’abaisser au jeu bestial que voulait lui faire jouer Bora Boru. Quant à Swan et ses sbires, il n’étaient pas assez braves pour tenter quoi que ce soit.

Joan était alerte mais dans un état de mutisme. Elle tapait du morse sur le sol pour communiquer périodiquement avec Curtis qui était tout aussi malade de peur pour elle qu’il l’avait été il y a 3 jours.

Offline O-tho

  • Joan Randall
  • ****
  • Beiträge: 487
Bonjour Frego,

Merci de te lancer!  ;)

Contenu certainement plus mature que le dessin anime!  ;D

O-tho, qui est bien curieuse de savoir ce que tu/vous avez concocte pour la suite

PS: le titre est " Les visages de mon ennemie "  ??? ca fait reference a quoi ca??

Offline limeye

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 2569
  • Geschlecht: Weiblich
Bonjour à toutes (les gars, on vous oublie, vous êtes trop discrets !  ;) )

Super que tu te sois lancée, Frégo ! Et ta petite suite s'avère palpitante...

Voici un passage, léger retour en arrière (ça doit être ma spécialité). J'espère ne pas t'encombrer avec un personnage que j'ajoute... mais compte tenu de leur situation, il sera toujours possible de s'en débarrasser si elle devient gênante.



Ezra se tenait assis dans un coin de la cellule. Il avait été légèrement blessé à la tête et se la tenait entre les mains. Qu’allait-il arriver à Joan ? Il n’osait même pas l’imaginer… Comment la situation avait-elle pu se retourner ainsi ? Ils avaient pourtant tout prévu… Il repensa aux semaines qui avaient précédé leur départ, les inquiétudes d’Anders, les découvertes de Joan, les précautions supplémentaires qui avaient été prises… Il se revoyait encore surveillant l’embarquement.

Les prisonniers avaient comme convenu changé de vêtements juste avant d’embarquer. Des renforts en hommes avaient été prévus pour surveiller l’embarquement. Joan était occupée à faire le pointage. Quand Swan passa devant elle, il lui jeta un regard qui aurait pu la foudroyer sur place. Elle avait fait échouer son plan. Il avait réussi, autrefois, à se débarrasser de son père, qui avait mis à jour une de ses magouilles de blanchiment d’argent. Heureusement, personne n’avait jamais rien découvert de cette histoire et des lampistes avaient payé à sa place. Mais cette fois, il avait été pris la main dans le sac. Et il allait se retrouver, lui !, le général Swan, dégradé, enfermé avec la lie de la briganderie et de la piraterie interplanétaire, pour passer des années dans les geôles sordides de Cerberus.

Tout cela à cause d’une femme. A cause de Joan Randall.

Ezra se tenait à ses côtés, sérieux, concentré. Il ne regardait pas particulièrement ce que faisait Joan, mais s’intéressait plus au dispositif de surveillance. Un appel retentit sur son téléphone, c’était le signal de la Présidence. Il décrocha aussitôt, mais s’éloigna un peu pour ne pas être entendu des prisonniers, ni des policiers.

- Colonel Gurney ?
- Oui, monsieur le Président.
- Où en êtes-vous de l’embarquement ?
- Nous en avons encore pour une bonne demi-heure.
- Parfait. Vous attendrez avant de donner le signal du départ. Je vous adjoins une équipe en renfort pour le voyage. Ils sont prévenus, ils arrivent. Ils ne devraient pas tarder.
- Vous nous avez déjà octroyé des hommes supplémentaires… est-ce nécessaire de vous priver…
- Il s’agit de l’équipe du Capitaine Flam, colonel. Je lui ai fait part de toute cette affaire et il était tout à fait d’accord pour participer à votre voyage. L’attitude de Swan ne semble pas l’avoir surpris outre mesure. Ils ne seront pas de trop avec vous. Ce transport est presque plus dangereux que l’envoi de déchets nucléaires sur Anthée !
- Merci, monsieur le Président.
- Bonne chance, colonel.

Ezra raccrocha et regarda en direction de Joan. Il restait encore une file d’une vingtaine de prisonniers. Ils en auraient terminé d’ici un quart d’heure. A ce moment-là, une petite équipe de cinq personnes s’avança vers le vaisseau. A sa tête, une grande femme blonde marchait d’un pas décidé. Elle vint saluer Joan et regarda ensuite dans sa direction. Ezra s’approcha.

- Colonel Gurney ?
- Oui.
- Je suis Anasthasia Lou Jenkins. Je suis l’ingénieur en chef, responsable de l’équipe technique du vaisseau.
- Je suis au courant de votre venue.
- Pouvons-nous embarquer dès maintenant ?
- Pouvez-vous me montrer votre fiche d’embarquement, ainsi que celles de votre équipe ?
- Les voici. Avec les autorisations spéciales.
- Merci.

Ezra regarda avec attention les documents. Tout était en règle. Il avait entendu parler de Miss Jenkins. Elle était réputée pour sa compétence. C’était une bonne meneuse d’hommes aussi. Mais d’autres bruits couraient également sur elle. Ezra resta pensif : "pas seulement meneuse, croqueuse aussi ! Il faut dire qu’elle a de sacrés arguments…"

- Vous pouvez embarquer. Vous connaissez le vaisseau ?
- Personnellement, non, mais j’ai étudié les documents le concernant. Par contre, un de mes adjoints, George Mac Clinton, a déjà voyagé à son bord.

Un jeune homme aux cheveux blonds pâles, presque blancs, s’approcha.

- Bonjour colonel.
- Bonjour Monsieur Mac Clinton. Vous connaissez le Balkan ?
- Oui, j’ai déjà participé à deux voyages à son bord, sous les ordres du Capitaine Marlow et de l’ingénieur en chef Stewart.
- Bien, bien. Vous connaissez les quartiers de l’équipage, je suppose ?
- Oui, colonel.
- Vous pouvez y mener votre équipe ? Nous attendons des renforts en hommes, et quand l’embarquement sera terminé, nous vous rejoindrons.
- Merci, colonel, dit Miss Jenkins en lui décochant un ravissant sourire, mes amis m'appellent Lou, vous savez.

Ezra ne releva pas cette dernière remarque. Elle n’était vraiment pas son genre. Il se détourna et rejoignit Joan.
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti (Gandalf le gris / Tolkien).

Frégo

  • Gast
Bonjour à toutes et à tous,

Cou Cou O-tho! L'Ennemie dans ce voyage, c'est la mort elle-même et dans une mesure certaine, la haine. Il y a beaucoup de morts dans la vie de Joan, dans celle d'Ezra et du capitaine aussi. :(

Bonjour Limeye! Merci d'avoir enchaîné ton bout. Pour Miss Jenkins, il y aura toujours le cactus, on verra bien. Je sens quand-même qu'elle va regretter de s'être embarquée dans ce voyage. ;)

Je vais essayer de poster ce soir.

Biz

Frégo

"Nous mourrons tous, nous ne vivons pas tous véritablement".


Offline Elaine

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 964
  • Geschlecht: Weiblich
  • carpe diem
 ;D allez avoue, "la croqueuse d'hommes" ,

tu nous prépare un petit règlement de compte, Limeye? ;D

pour l'instant j'en ai trop sur le feu, je vous suis en lectrice attentive [devil] [angel]


bravo Frego de t'être lancée,  [goodjob]

a bientôt,  [hello]

Offline limeye

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 2569
  • Geschlecht: Weiblich
Bonsoir les filles,

ben en fait, j'ajouterai bien quelques filles dans cette histoire, pourquoi n'y aurait-il pas de femmes dans l'équipage ?

et j'imagine très bien une scène dans laquelle Curtis est obligé d'utiliser les connaissances d'Amanda Lou pour faire avancer la construction du vaisseau et voir ce que ça donnerait...

je me souviens aussi de la réaction d'Harrap's concernant le décryptage de la relation amoureuse dans cette histoire et regrettant qu'il n'y ait pas eu un rien de petit flirt entre Mc Clinton et Joan, juste histoire de réveiller Curtis ! Donc, je me dis qu'on pourrait jouer un peu, que ça "pikanterait" le scénario.

d'ailleurs, Hamilton a été - encore une fois - plus loin que Toei, parce que Mc Clinton prend quand même bien soin de Joan, ce qui nous donne une réaction hyper-machiste de Curtis en l'occurence (là, il fait pire que Toei) ! Deux baffes, beau Capitaine, sur le coup, c'est tout ce que vous mériteriez, nan mais  ;D !

bon, sur ce, je vais me coucher, rendez-vous dans quelques heures pour l'insomnie  ::)

Limeye  :)

ps : ouais, occupe-toi de l'identité pour le moment  ;)!  Mais je me dis que tu ne résisteras peut-être pas à mettre ton grain de sel dans ce cadavre exquis et que tu nous feras quelques pirouettes amusantes voire  [devil], ce qui pourrait nous donner des idées !
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti (Gandalf le gris / Tolkien).

Frégo

  • Gast
Bonne insomnie à celles et ceux qui sont à l’Est de l’atlantique et bonsoir à ceux et celles qui sont à l’ouest!

Limeye, Élaine, d’autres filles dans l’équipage? Des plans pour avoir une autre mutinerie!!!  [devil] Hi! Hi! Hi! Je ne suis pas sûre que je veuille infliger ça à notre duo dynamique. Pour ce qui est de Mac Clinton, peut-être que ça changerait l’ordinaire de notre « croqueuse d’hommes » que d’avoir un vrai béguin pour l’homme invisible.[naughty]

Bon allez hop, une suite.

-Joan…

Curtis tapait sur le sol en morse. Silence.

-Joan…Réponds moi!!!

-Curtis… Personne n’a  bougé. Je tiens bon.

-  Moi,  tiens plus le coup, Joan. Ton silence, pire qu’un cri.

-Le temps est pour nous.  Jenkins,  jamais sortie  système solaire. Mazéra, long voyage. À qui ils demanderont  aide penses-tu?  Pirates, attendre  avant de me porter atteinte.

-Peur que cerveau des  pirates,  en bas de leur ceinture Joan.

-Cerveaux en bas de la ceinture,  histoire de cette mutinerie. Tapa-t-elle..

« C’en est trop avec ce tapage!!! » Mac Nair se leva et bondit sur Joan. Elle s’esquiva, vive comme l’éclair et lui assena un coup violent à la racine du nez. Mac Nair tomba sur le sol, immobile, mort..

« Joan!!! Que se passe-t-il….Joan!!!! Cria Curtis.

A+

Frégo:-*

P.S Une plus longue suite demain, promis.


Offline limeye

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 2569
  • Geschlecht: Weiblich
Coucou Frégo !

j'aime beaucoup l'idée qu'ils communiquent avec le morse ! C'est une chouette idée !  [goodjob]

tu as du mal à imaginer comment ils se sont mutinés ?

Sinon, j'avais une idée pour expliquer leur atterrissage forcé sur le Météore, mais ça ne cadre pas avec une mutinerie (c'était un problème technique, avec explication alambiquée - tu vois le genre  ;) - à la clé : une éruption solaire qui aurait bazardé tout le système électronique et de communication du vaisseau). De là, ils se seraient quand même tous retrouvés dans le même bateau (ou plutôt face au même défi). Mais tu dois bien avoir une idée du retournement de situation... une trahison ? Un complot autre que celui que Joan a découvert ?

Hum hum... la suite, schnell  ;D  [jump]  [jump]  [jump]

pas mal l'idée de coller Lou et Mac Clinton ensemble... va falloir réfléchir à tout cela, ça laisse des perspectives intéressantes...

bon, j'avance sur autre chose et j'ose espérer me rendormir  :D

Limeye  :) heureusement, c'est mercredi...
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti (Gandalf le gris / Tolkien).

Offline Elaine

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 964
  • Geschlecht: Weiblich
  • carpe diem
 [goodjob] alors là le coup du morse, très fort!

Ne me tentez pas.... [devil] je veux terminer mon histoire.... [wallbash]

Vite la suite!  [jump]
a plus,
 [happywave]

Offline limeye

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 2569
  • Geschlecht: Weiblich
Coucou Elaine,

j'attends la suite de Frégo, si elle veut, je prendrais le relais... pour l'instant, je la laisse avancer dans l'histoire puisqu'elle a déjà une suite en tête !

bizz et bonne journée !

Limeye  :)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti (Gandalf le gris / Tolkien).

Frego

  • Gast
J'ecris vite car je suis au boulot. J'ai quelque chose en tete pour la mutinerie que je devais pouvoir livrer ce soir. Ensuite, je te laisse enchainer. ;)

A+
 Frego

Offline limeye

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 2569
  • Geschlecht: Weiblich
You you Frégo !

pa ni pwoblem ! on fait comme ça, j'attends ta suite... que tu n'as pas pu nous livrer hier, peut-être aujourd'hui ?

bizz et bon courage pour le boulot !

Limeye  :)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti (Gandalf le gris / Tolkien).

Frégo

  • Gast
Coucou Limeye!

Voici la première partie de la mutinerie pour vous faire patienter. C'est long cogiter tout cela au fur et à mesure [wallbash].

Comment ont-ils pu en arriver là? Limeye, je pense que Jelle dirait : « Trop d’ingrédients dans la sauce et trop de chefs autour de la marmite, ça fait toujours un mélange explosif. » Corrige-moi si je me trompe. Voici la suite.

10e Jour de voyage du Balkan…

Anastasia Lou Jenkins était impatiente que ce foutu voyage se termine afin d’obtenir du Général Anders ce qu’elle n’a pu obtenir de l’ex. Ministre de l’intérieur Swan : un tremplin vers le pouvoir. Sortir de l’ombre pour exercer une véritable influence politique. Il ne s’agit pas qu’on découvre son ancienne connivence avec Swan ou ses ambitions partiraient en fumée.

Elle était le chef de l’équipe technique d’un des trois vaisseaux qui aurait dû détruire le Balkan il y a 3 semaines. Elle aurait certes eu un petit pincement au cœur pour le commandant du Balkan, Jethel Théron, son amour de jeunesse, du temps de la simplicité et de l’innocence. Ça ne lui aurait pas plu  non plus que la lieutenant Joan Randall souffre indûment. Elle savait ce que ça signifiait d’être une femme dans une profession d’homme. Idéaliste Joan, mais pas idiote. Et territoriale la petite!  Concernant le capitaine Flam, si son regard avait parlé, il lui aurait dit : « Celui là, Il est hors circuit ma vieille! » On semble lui vouer de l’admiration mais aussi de la haine…déjà.

Il faudra lui demander son truc pour décongeler un bloc de glace comme lui. Quel bellâtre de défenseur de la veuve et de l’orphelin celui là! Que de choses ils auraient pu accomplir ensembles s’il l’avait voulu. Quelle perte de temps! Quel imbécile! Ezra Gurney… Bof. Son présent adjoint Mc Clinton, son côté agneau sacrificiel lui brise le cœur. Sa mort lui aurait fait pitié.

Bora Boru, son frère. Elle aurait voulu qu’il soit libre. C’est lui qui a payé à sa place dans une lointaine magouille. Elle sait que Swan l’avait trompée concernant son sauvetage promis. Bora Boru pourrait vendre la mèche  la concernant. D’un autre côté elle sait qu’il veut se dissocier de Swan. On n’aime pas les ripoux  dans son milieu.

Anastasia Lou aurai passé outre toutes ces sensibleries si Swan était parvenu à ses fins. Ce n’est pas cela qui la mettait en fureur. Qu’il se soit fait prendre la mettait en fureur! Et pourquoi? Il s’est tellement laissé obnubiler par ses plans de vengeance sur la petite Randall, qu’il a surement oublié la prudence avec sa correspondance.  Comment peut-on se laisser dominer par ses sentiments de jalousie si près du pouvoir? Maintenant, elle souhaitait secrètement que ses codétenus lui fassent la peau. Elle en rêvait la nuit.

Elle devait parfois inspecter  les dispositifs électroniques du quartier des détenus avec son équipe. C’est la première fois qu’elle fait partie du voyage d’un convoi de détenus. Les remarques grossières de la part des détenus, elle si attendait, il y avait de l’animosité de la part des gardiens à son endroit, cela aussi elle s’y attendait; mais les détenus lui disaient aussi : «Allons chérie, on veut juste sortir pour régler le compte des ripoux! On rentrera sagement après c’est promis! Une dernière faveur pour des pauvres forçats comme nous! ». Elle doit avouer qu’elle était vraiment tentée. Non, elle n’allait pas perdre son sang froid si près du but. Elle doit quand-même surveiller certains de ses adjoints, inexpérimentés et influençables.

Ce voyage était éprouvant. Elle réalisait que sa formation d’ingénieure ne lui avait jamais apportée la crédibilité, le prestige et le pouvoir auquel elle aspirait tant. Elle avait épuisé depuis un moment tout ce que ses relations dans ce milieu pouvaient lui apporter comme potentiel d’avancement personnel. Ce serait son dernier voyage avant d’aspirer à beaucoup mieux. Quelle aubaine d’avoir pu ferrer Anders!
Elle irait discrètement passer une dernière nuit avec Théron (Jet) en souvenir du bon vieux temps.
Dans les quartiers de l’équipe technique, Berenson, un mignon larbin naïf à la botte de Miss Jenkins en bavait furieusement de la voir se faire harceler de la sorte par les détenus et les gardiens. Miss Jenkins aime les beaux petits mecs. Miss Jenkins parle dans son sommeil lorsqu’elle le retrouve discrètement dans sa cabine. Dieu qu’elle en veut à ce Swan. Cette nuit, il va lui faire plaisir. Il s’est bricolé un brouilleur d’ondes qu’il pointera à distance vers les quartiers des détenus et le dispositif de déverrouillage des cellules. Il a bien calibré le dispositif, il n’ouvrira que les cellules. La porte d’entrée restera verrouillée. Si les gardes ont pour deux sous de cervelles, ils laisseront les prisonniers s’entretuer.

Cette nuit dans la section des détenus…

« Je vois pas comment on va pouvoir se sortir de ce trou à rats, Kim. Moi en tout cas, je vais finir ça en beauté en arrivant sur Cerbérus! Il y en a qui crèveront avec moi je te le garanti! Flam et sa petite copine feront parti du nombre. Dommage, la petite, j’en aurais fait autre chose! » Vociféra Molémos.
« Garde ton sang froid espèce de tête brûlée! » Intima Kim. « On a bien cuisiné Miss Jenkins et son équipe d’ingénieurs! Il y en a un qui va finir par craquer! Les gardiens n’étaient pas en reste pour le harcèlement non plus! Il faut être patient. Faudra garder notre cerveau au bon endroit concernant miss Jenkins et la Randall. Le voyage est long vers notre petit paradis. »

«  Et Jenkins ne sera pas de trop pour piloter. » Rétorqua Bora Boru.

« T’en fais pas vieux, on va bien prendre soin de ta frangine! Railla Molémos.

« Je vous préviens tous, il ya un gardien pour 3 détenus, il faut accepter le fait qu’il y en aura des nôtres qui vont se faire tuer, mais on n’a pas le choix. Et il nous faudra des otages jusqu’à ce qu’on sorte de ce foutu système. Il ne faut pas tuer les officiers, si possible. » Acheva Kim.

«  Et les ripoux? » Chuchota Molémos à Bora Boru.
« Tu veux qu’on parie entre eux et la petite tigresse? Jeta Bora Boru. Molémos échappa un ricanement.
Un clic se fit entendre et les cellules s’ouvrirent. Les détenus ne mirent à crier et à rudoyer les ripoux pour attirer les gardiens.

Ezra était à son quart de garde; les gardiens postés aux endroits prévus.

Il entendit les cris venant du quartier des cellules

 « Non ce n’est pas vrai! » Fit Ezra. « Suivez-moi vous tous! »

Ils se précipitèrent vers le quartier des détenus, ouvrirent le sas d’entrée … et commirent l’erreur d’entrer à l’intérieur. Le combat s’engagea. Les gardiens furent tués et Ezra Gurney, blessé à la tête pris en otage. Les ripoux furent reconduis à leur cellule et enfermés.

A+

Frégo 8)


Offline Elaine

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 964
  • Geschlecht: Weiblich
  • carpe diem
bonjour Frego, ;D


une vrai méchante, vicieuse et sans scrupules la Jenkins [goodjob], j'attends la suite , ben oui, tu vas découvrir la pression . ;D

 [work] [sm] En plus depuis qu'earthy arrête je suis en manque d'histoires intéressantes, alors zou!

bonne soirée [happywave]

Offline limeye

  • Simon Wright
  • *****
  • Beiträge: 2569
  • Geschlecht: Weiblich
Bonjour Frégo,

bien vu ! Je vais essayer d'embrayer... sur la suite de la mutinerie. Histoire qu'on retombe sur nos pattes avec le passage où Joan se retrouve enfermée avec les ripoux.

par contre, je vais peut-être faire un mini pense-bête pour les différents personnages. Pour l'instant, on n'a pas ajouté grand-monde, mais il va peut-être nous falloir en nommer d'autres, notamment parmi les prisonniers.

je  [mindoubt], mais sans doute pas avant ce soir ou demain matin, là, c'est l'heure cruciale en France (retour de l'école, goûter, repas à préparer...  ;))

bizz

Limeye  :)

ps : très bien la citation façon Jelle, c'est tout à fait elle  [goodjob]
« Letzte Änderung: 21. März 2013, 18:11:30 Uhr von limeye »
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti (Gandalf le gris / Tolkien).